• L'art et la vie de Gérard Garouste sont peuplés de fantômes et de hantises. L'artiste livre ici, sans aucun fard, tous les tourments intimes qui ont façonné son parcours : la violence et l'antisémitisme de son père, la dyslexie, l'échec, la folie, la dépression, l'incompréhension.

    Nous entraînant au coeur des rouages de la création, cet entretien révèle un personnage à la franchise déconcertante, teintée d'humour et de tendresse. Garouste y décrit toutes les étapes de son art et les chocs heureux qui l'ont conduit à des choix décisifs. Autodidacte initié tout d'abord par l'art brut pratiqué par son oncle, réfractaire à l'enseignement des Beaux-Arts, il a emprunté une voie singulière, souvent à contre-courant. L'artiste désigne ses maîtres : Duchamp, en qui il découvre une radicalité indépassable, le Tintoret, le Greco, Zurbarán, Manet, De Chirico...

    Témoignant de ses découvertes et de ses engagements, il évoque aussi sa passion pour l'étude talmudique, sa conversion au judaïsme, ainsi que la création de La Source, association artistique dédiée aux enfants défavorisés.

  • Cet ouvrage est le catalogue de la double exposition "Picasso Rodin" présentée au musée national Picasso- Paris et au musée Rodin du 9 février au 18 juillet 2021. La confrontation du travail des deux monstres sacrés Auguste Rodin (1840-1917) et Pablo Picasso (1881-1973) révèle des points de contacts déjà connus, mais aussi des rencontres inédites.
    Les inventions formelles de ces deux artistes hors du commun marquent à leurs époques respectives des tournants dans l'art moderne. Le croisement de leur processus créatif mettra donc en lumière des convergences saisissantes qui jalonnent leurs recherches, comme l'expérimentation, le travail en séries et la perpétuelle mutation des formes. Le catalogue, illustré de plus de 350 oeuvres, permettra de découvrir un dialogue entre les deux artistes et maintes facettes de ces proximités inattendues.

  • Une biographie des frères Morozov, les grands mécènes moscovites, dont on découvrira la fabuleuse collection d'art moderne français et russe cet automne dans le cadre d'une grande exposition durant quatre mois à la Fondation Vuitton (1 million de visiteurs prévus). 

  • Artiste camerounais de renommée internationale, Barthélémy Toguo est à l'écoute du monde, dont il explore les dysfonctionnements pour mieux les dénoncer : guerres, abus de pouvoir, immigration, famine... Il nous interroge sur notre humanité, sur notre capacité à prendre conscience des désordres et des maux qui perturbent nos sociétés. Dans ses oeuvres s'exprime une grande vitalité nourrie par la révolte, l'engagement et la transgression.
    Si l'inspiration fertile de Barthélémy Toguo ne connaît pas de frontières, on ne peut ignorer qu'elle puise aussi dans des « traditions » ancestrales. Nombre de ses oeuvres - dessins, peintures, sculptures, installations, vidéos et performances - intègrent des signes récurrents qui renvoient à des pratiques, voire à des objets, qui en sont les supports.
    Cet ouvrage met en lumière ces proximités formelles ou symboliques qui marquent de manière intrinsèque les figures hybrides de l'artiste. Ainsi, créations contemporaines et objets d'arts africains anciens entrent en résonance.

  • Hiroshige ; cent vues d'Edo

    Anne Sefrioui

    • Hazan
    • 21 Octobre 2020

    L'un des plus célèbres recueils d'estampes de Hiroshige, le dernier publié de son vivant, reproduit en fac-similé avec une reliure à la japonaise, sous forme de coffret prestigieux, accompagné d'un livret explicatif décrivant chacune des estampes de la suite du grand maître japonais.
    En 1855, un terrible tremblement de terre dévaste la ville d'Edo (rebaptisée Tokyo par la suite), et environ dix ans plus tard, Hiroshige (1797-1858) entreprend de dessiner les cent visages de sa ville natale. S'il restitue les changements bien réels de la cité, il y introduit aussi la projection de ses propres rêves, empreints de nostalgie. Le célèbre paysagiste donne ainsi à voir avec lyrisme les sites les plus renommés, parfois leur reconstruction récente, mais il rend compte également avec précision de la vie quotidienne des habitants, de leurs coutumes et de leur environnement. Bien que, traditionnellement, les paysages soient présentés au format horizontal, Hiroshige a choisi avec audace la verticalité pour ce recueil - le dernier publié de son vivant -, jouant avec les gros plans et les compositions originales, et confirmant ainsi son statut de maître de l'estampe ukiyo-e.

  • Ce catalogue d'exposition important dévoile ce que les représentations animalières de Francis Bacon révèlent sur l'artiste - et la condition humaine.

  • Cette série des Trente-six vues du mont Fuji, publiée En 1853 par Hiroshige (1797-1858) en format horizontal est reproduite ici en fac-similé pour la première fois en Occident: ; elle fait écho, vingt ans après, à la fameuse suite éponyme de Hokusai.
    Parmi les sites naturels, le mont Fuji, volcan sacré, est devenu un symbole du Japon. Symbole d'éternité, point culminant du Japon, omniprésent dans l'archipel, source d'inspiration pour les artistes, il fait l'objet d'un véritable culte et de légendes populaires ; Le Mont Fuji figure à l'arrière-plan de chacune des vues de cette série, sous des points de vue variés et des lumières changeantes, dominant des sites d'une beauté sublime, souvent animés par quelques personnages vivant en symbiose avec la nature.
    Cet ouvrage est disponible sous coffret avec une reliure à la japonaise.

  • Monet ; coffret l'essentiel

    Anne Sefrioui

    • Hazan
    • 4 Novembre 2020

    Ce coffret réunit l'essentiel de l'oeuvre d'un artiste hors du commun, Claude Monet (1840-1926), considéré par l'histoire de l'art comme le père de l'impressionnisme. Il présente, à travers un choix chronologique de cinquante tableaux, sa longue et brillante carrière. Bien qu'il n'ait pas négligé les sujets citadins et modernes, la représentation de la nature constitue indéniablement le coeur de son oeuvre. Elle a fait l'objet de ses recherches incessantes, sans que jamais l'artiste ne perde de vue ce qui lui était essentiel : la vérité de ses sensations. De la transcription fidèle du paysage, à ses débuts, jusqu'à l'écriture gestuelle des ultimes Nymphéas, l'ouvrage permet de suivre et de comprendre l'évolution de sa création.
    Ainsi seront abordées les thématiques de Monet (les bords de mer, la Seine, les jardins, les saisons, etc.), ainsi que les techniques utilisées, comme la décomposition par la touche de la lumière et des couleurs, le recours à la répétition et aux séries pour mieux rendre compte des variations atmosphériques, ou encore la dissolution progressive des formes qui a conduit à considérer Monet comme un précurseur de l'abstraction.

  • Lors d'une conférence de presse au musée Van Gogh d'Amsterdam en novembre 2018, l'auteur de cet ouvrage révélait qu'une des deux seules photographies connues du peintre Vincent van Gogh était en réalité celle de son frère Theo. L'enquête qui a mené à cette découverte inattendue est truffée d'anecdotes inédites, de rencontres passionnantes et de rebondissements dignes d'un thriller.

  • Premier analyste de son oeuvre, Matisse s'est tu, obstinément, sur lui- même. Ses souvenirs, dit-il, ne le représentent pas moralement. Sa biographie s'arrête à la porte de l'atelier, où le temps s'efface au cadran de la création et cède la place aux murs empourprés, à la clarté phos- phorescente des tableaux. Mais qu'on y prenne garde, les grands aplats des rouges et des bleus, les mouvements d'une ligne désancrée et la lumière éblouissante d'une image dessinée à même la couleur, toutes ces inventions, si semblables au bonheur, ne forment pas des lieux idéaux ou sacrés mais les espaces d'un travail ininterrompu à travers lequel Matisse cherchera toute sa vie l'allégement dans la somptuosité.
    Xavier Girard nous entraîne dans cet univers dense et clair.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Jheronimus Bosch

    Marco Bussagli

    Une référence pour appréhender les oeuvres du peintre Jheronimus Bosch.

    Le peintre Jheronimus Bosch, dit Jérôme Bosch (vers 1450-1516), est l'une des grandes figures du mouvement des primitifs flamands. La renommée de ses compositions, où se mêlent enfer et paradis, satirique et morale, a dépassé les frontières de son pays dès son vivant. Pour autant sa biographie reste imprécise, au point que le caractère fantastique de ses tableaux a donné naissance à nombre de théories ou d'interprétations, souvent infondées.

    S'appuyant sur les travaux scientifiques et techniques les plus récents, ce livre de Marco Bussagli apporte un éclairage nouveau sur le peintre. Il guide et permet de mieux appréhender l'oeuvre de Bosch qui regorge de détails, de symboles et d'êtres fantastiques. On y apprend que des images, apparemment hermétiques à toute compréhension, s'inspirent de proverbes flamands et témoignent de la profonde dévotion religieuse du peintre. Loin de l'étiquette du peintre maudit ou hérétique, on y découvre un artiste très proche de la confrérie oecuménique à laquelle il appartenait. Cet essai illustré présente aussi des aspects inédits, en particulier l'influence de Bosch sur de nombreux peintres, de Raphaël à Escher, en passant par Magritte ou Dalí. En regard des reproductions de ses oeuvres, des détails très agrandis et commentés mettent en évidence de nombreux aspects qui n'avaient jusque là jamais été traités.

  • Publié à l'occasion des 20 ans de la mort de Charlotte Perriand (1903-1999), cet essai biographique illustré dresse le portrait de la conceptrice engagée, femme libre et visionnaire qui a marqué l'architecture moderne et le design du XXe siècle.
    Dans un essai très personnel, Laure Adler aborde trois facettes complémentaires de la créatrice : tout d'abord celle de la conceptrice qui développera, avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret dans les années 1930, des meubles fondateurs du design moderne ; celle de la femme libre, engagée, sportive et aventurière ;
    Et en?n celle de la visionnaire, capable de s'inspirer de toutes les cultures, en particulier japonaise, pour développer une pensée de l'espace et de l'habitat adaptés à l'humain.
    Grâce à la richesse des archives Perriand, le récit de Laure Adler est accompagné d'une sélection de 200 photographies, dont un grand nombre ont été réalisées par Charlotte elle-même, qui donnent à voir la femme libre, indépendante et moderne qu'elle était.

  • Ce coffret réunit l'essentiel de l'oeuvre d'un artiste hors du commun qui a fait sienne cette devise de la Sécession viennoise toujours aussi forte et intemporelle : « À chaque époque son art. À l'art sa liberté.
    Quand est créé ce mouvement en 1897, Klimt a trente-cinq ans. Il est en pleine maturité, et pour lui c'est un tournant. Ce fils de doreur né dans un faubourg viennois, qui a appris peinture et dessin ornemental dans une école d'arts appliqués, qui est déjà l'auteur de décors, adhère aux principes de ce Sezessionsstil : se détourner du conservatisme, puiser dans des sources d'inspiration inédites, bannir la hiérarchie entre beaux-arts et arts mineurs, s'allier à l'architecture. En bref, élaborer un art nouveau - comme dans le reste de l'Europe.
    À Vienne, dans cette capitale cosmopolite de l'Empire austro-hongrois, instable et décadente, Klimt développe stylisation, arabesque et profusion décorative, avec comme sujet presque unique le corps féminin, à l'érotisme obsédant. Entre portraits mondains, allégories et paysages, entre peintures de chevalet et décors privés, ses oeuvres sont devenues l'un des emblèmes de la modernité viennoise.

  • Albrecht Dürer est l'un des artistes les plus importants et les plus influents de la Renaissance dans les pays du Nord. Peintre, graveur et théoricien, il connaissait les grands artistes de son temps, tels Raphaël, Bellini et Léonard de Vinci. Son immense savoir-faire et son grand talent de dessinateur se manifestèrent très tôt - comme dans l'autoportrait qu'il réalisa à la pointe d'argent en 1484, alors qu'il avait tout juste treize ans. Ayant pour mécène l'empereur Maximilien Ier, Dürer réalisa un grand nombre de gravures et de retables, mais aussi des portraits, autoportraits, aquarelles et livres. L'introduction de motifs antiques dans l'art du Nord, à laquelle il procéda en s'appuyant sur sa connaissance des artistes italiens et des humanistes allemands, lui valut la réputation d'être la figure majeure de la Renaissance allemande.
    Till-Holger Borchert décrit, par le menu, les peintures, dessins et gravures tout en proposant des analyses claires et accessibles. Dürer par le détail montre l'oeuvre de ce maître allemand comme on ne l'a jamais vue, dans des détails magnifiques présentés en pleine page.

  • Vingt ans après la première exposition qu'elle lui a consacrée, la Fondation Cartier pour l'art contemporain invite à nouveau l'artiste américaine Sarah Sze à créer une exposition immersive dialoguant avec les espaces transparents du bâtiment de Jean Nouvel. Internationalement reconnue pour son oeuvre défiant les frontières entre peinture, installation et architecture, Sarah Sze assemble des objets du quotidien et des images en mouvement dans des installations sculpturales d'une étonnante délicatesse et complexité. Présentant de nombreuses vues de l'exposition, le catalogue publié par la Fondation Cartier retrace la création des deux oeuvres conçues spécialement par Sarah Sze pour l'exposition, composées d'objets, de lumières, de sons, de vidéos et d'images fixes. Un texte de Bruno Latour, une conversation entre Jean Nouvel et Sarah Sze ainsi qu'un texte de la commissaire de l'exposition explorent les références qui se trouvent au coeur du travail de l'artiste et analysent sa préoccupation pour la prolifération des images qui transforment notre relation aux objets, à l'espace et au temps. L'exposition est présentée du 18 octobre 2020 au 15 mars 2021.

  • Correspondances Nouv.

    A l'occasion de l'exposition de l'artiste dans sa galerie parisienne, du 25 mars au 22 mai 2021, la galerie e´dite en seul ouvrage, la double re´flexion de Ge´rard Garouste et de Marc-Alain Ouaknin sur Kafka et son oeuvre.

    C'est dans le dialogue entre ces deux pense´es amies que se sont cre´e´es les correspondances qui donnent leur nom a` l'exposition.

    Sous la main Ge´rard Garouste sont ne´es 25 toiles et un immense triptyque, autant de portraits re^ve´s de Kafka et d'interpre´tations de symboles frappants de son oeuvre. Ces toiles sont accompagne´es d'une quinzaine de dessins pre´paratoires.

    Marc-Alain Ouaknin a rassemble´ dans son essai 30 ans de re´flexion et de recherche sur Kafka, sa relation au yiddish, a` l'he´breu et a` la Kabbale.

    Pour reprendre le propos introductif de Marc-Alain Ouaknin « Ce qui est privile´gie´ ici est le dialogue du peintre avec le philosophe, qui souligne la complicite´ de leur e´tude jubilatoire et montre comment l'oeuvre de Ge´rard Garouste, a` l'instar d'une correspondance qui se de´ploie au fil du temps, re´pond a` la lecture que fait Marc-Alain Ouaknin de Franz Kafka.

    Lecture qui, avec tout le se´rieux ludique des kabbalistes, invite a` de´cortiquer les mots et leurs sens, a` explorer les jeux de langage de la tradition he´brai¨que et a` en pointer la pre´sence extraordinairement forte dans l'univers de Kafka.

    Des personnages, des situations, des objets inattendus et des cre´atures e´tonnantes se mettent a` vivre sous le pinceau, profond et vigoureux, joueur et e´blouissant de Ge´rard Garouste, dont chaque de´tail questionne le regard, invite la pense´e vers d'autres hauteurs. Au-dela` du classicisme revendique´ d'une peinture virtuose, Ge´rard Garouste interpelle le spectateur contemporain sur son rapport a` l'art, a` l'image et a` l'avant-garde. »

  • Après la première édition parue en 2008 aux éditions Hazan, les trois volumes réunis des Cent vues du Mont Fuji (avec reliure à la japonaise) sont à nouveau disponibles dans un coffret remanié, accompagné d'un livret explicatif qui retrace l'histoire technique et artistique des « Cent Vues », dont chacune est reproduite séparément avec les indications qu'elle comporte.

    Expression de son génie de dessinateur et d'observateur habité par la beauté multiple du monde, les trois volumes des Cent vues du Fuji gravés entre 1834 et 1840, constituent l'une des oeuvres les plus célèbres de Hokusai. Non seulement chaque composition - c'est-à-dire chaque page - est d'une inspiration renouvelée et surprenante, mais la force de l'amour quasi mystique qui lie l'homme et la montagne touche notre émotion et surprend nos conceptions esthétiques.

  • « Spilliaert et moi sommes frères de noir. Ce qui nous différencie, c'est qu'il a du talent, une oeuvre et une moustache.
    Ses paysages sont des asiles, ses portraits, les effigies de nos âmes sombres. Avec ses natures mortes, il transcende le réel et rend le banal fantastique.
    C'est un alchimiste : de la boue et la sombreur, il fait du sublime.
    Spilliaert donne du panache au spleen.
    Pour le côtoyer davantage, j'ai voulu écrire sur lui en partant sur ses traces.
    Ostende, Bruxelles, Paris.
    Ce n'était pas si loin.
    J'espère que vous prendrez le même plaisir que moi à faire sa connaissance. » E. B.

  • Anni et Joseph Albers

    Nicholas Fox Weber

    • Phaidon
    • 5 Novembre 2020

    Une biographie visuelle spectaculaire et inédite de deux pionniers de l'art et du design modernes.

    Le couple Albers, Josef peintre, designer et professeur et Anni artiste textile, tisseuse et graveuse comptent parmi les artistes abstraits les plus importants du XXe siècle. Cette superbe monographie célèbre pour la première fois leur incroyable créativité et la relation forte qui liait ces deux maîtres. Cet ouvrage présente leur vie et leur travail comme jamais, de leurs années de formation au Bauhaus en Allemagne à leur influence remarquable au Black Mountain College aux États-Unis en passant par leur période extrêmement productive dans le Connecticut.

  • Frida Kahlo

    Rauda Jamis

    Frida Kahlo (1907-1954) vécut une brève existence déchirée entre de terribles souffrances physiques (à dix-huit ans, un accident de bus la cloue au lit pour deux ans) et une immense force de création (elle commence à peindre, un miroir installé au-dessus d'elle, pendant qu'elle est immobilisée). Par-delà sa beauté célèbre, ses amours, celles de son mari, Diego Rivera, ses voyages, les mille et une anecdotes ponctuant une existence tumultueuse et riche, reste son art, dont André Breton disait que c'est "un ruban autour d'une bombe".

  • René Magritte

    René Magritte

    René Magritte est né le 21 novembre 1898 à Lessines dans le Hainaut (Belgique). Il est mort à Schaerbeek le 15 août 1967.

    « L'art de peindre est-il la vraie magie ? On peut me faire oublier. [...] Aux vacances de Noël on m'envoie à Soignies. [...] C'est là dans le cimetière que je rencontre un jour un peintre venu de la capitale. Je le regarde fixer sur la toile de vieilles tombes coiffées d'hiver. Peindre est-il l'autre porte qui conduit là-bas ?
    «Ouvrez les yeux, mondains, voici mon miroir, je meurs et vous mourrez peut-être avant ce soir.» » René Magritte, Moi L'oeuvre de René Magritte est présente dans de nombreux musées français et étrangers.
    Le musée Magritte à Bruxelles lui est entièrement consacré.

    Événement : exposition René Magritte. La trahison des images, Centre Pompidou, Paris, du 18 septembre 2016 au 9 janvier 2017.

  • De 1899 jusqu'à sa mort, Karl Kraus (1874-1936) fut le fondateur, et parfois l'unique rédacteur, de Die Fackel (Le flambeau), revue lue par les plus grands (Musil, Wittgenstein ou encore Adorno). Les milieux intellectuels et les journalistes redoutent cette plume acerbe, admirée par Thomas Bernhard et à laquelle Walter Benjamin rend hommage dans cet essai lumineux. Kraus fut un fin limier du langage et a su faire apparaître « le journalisme comme l'expression parfaite du changement de fonction du langage dans le capitalisme avancé ». Mais Benjamin ne fait pas que commenter des idées, il dresse le portrait sans concession d'un dramaturge qui fut aussi son propre personnage : « «Shakespeare a tout prévu» ; en effet ! Il a surtout prévu Kraus lui-même. »

  • L'ouvrage «Memoria : récits d'une autre Histoire» se propose d'aborder les différentes thématiques du parcours de l'exposition éponyme, d'un point de vue non seulement curatorial mais également poétique, politique, philosophique ou encore scientifique. À travers les écrits transdisciplinaires d'une dizaine d'auteurs - philosophes, enseignants, historiens de l'art, spécialistes de la mémoire, poètes, critiques ou commissaires -, les oeuvres délivrent leur essence et nous donnent à voir des artistes à la pratique engagée, fortes de leur pouvoir de narration, ancrées dans leur(s) géographie(s) fluctuante(s) et dans leur temps. Cet ouvrage accompagne une exposition au Frac-Aquitaine (Bordeaux) du 4 février au 29 mai 2021.

  • En s'attachant à la figure de Rembrandt, Van Dongen renoue avec sa jeunesse et la Hollande, où a germé sa vocation artistique. Dès les premières pages, sa manière de décrire ce pays, dans ses lignes et ses couleurs parfois tranchées, est celle d'un peintre, tandis que son approche du grand maître du Siècle d'Or n'obéit en rien à l'objectivité de l'historien. C'est ce qui en fait tout le sel. Ce livre au style enlevé d'un artiste sur un autre esquisse une sorte d'autoportrait en creux et hisse Rembrandt en martyr incompris, en artiste maudit. La malédiction de celui qui finit par réussir. Bohème vivant parmi « les haillonneux », coureur de jupons, Rembrandt, bientôt marié à Saskia et bourgeois, connaît une ascension fulgurante, relatée ici au pas de charge. C'est vif, brillant et exalté.

empty