Publie.net

  • Voici Claude Ponti rageur, secoueur, poete. Claude Ponti devant la nuit remplie de questions, des plus urgentes du present, aux plus originelles de l'enfant.
    On ne contourne rien, ici, du passe, de l'origine, du sens - et qui fut la premiere mere, et quel fut le premier nom. Et si on ouvre grand ces questions, on est vite aussi sur le terrain du risque, avec les superstitions, le vivre ensemble ou la detresse au quotidien, plus la grande moquerie par quoi, finalement, on est capable de tenir et de continuer.
    Mais Ponti reste Ponti. C'est la grande obscurite de Rabelais, avec listes et accumulations, avec du rire et de l'obscenite, et tout ce dont nous sommes faits. C'est cru, c'est violent, c'est resolument « adulte » - mais c'est le meme rire et plein de sourire, jusqu'au bout, lorsque Claude Ponti demande, a l'avant-derniere page : « Depuis quand le desespoir est-il habitable ? » Rarement l'impression, dans ce jeu fou de langue parfois jusqu'a la fusion, d'un texte aussi prodigieux, aussi necessaire. Une mise a nu, un poeme, un cri, tout cela a la fois : et c'est beau comme nous le sommes.

  • La table

    Claude Ponti

    Tout commence lors de l'achat d'une table par un jeune couple au début de leur vie commune et toute une symphonie de vie s'apprête à se déployer. Cette table est le support et le symbole de leur voyage ensemble. Elle se fera tour à tour témoin, plateau, navire en naufrage, foyer familial, abri pour ces deux personnages attachants, Elle et Lui, qui font de cette pièce qu'on lit d'une traite, comme un roman, une odyssée du quotidien. Dans une écriture tour à tour fine et cruelle, tendre et humoristique, Claude Ponti dresse le portrait tumultueux de la vie adulte, dans ses hauts et ses bas, de la naissance à la mort. Une grande oeuvre pour adultes par l'auteur de Blaise le poussin masqué et de Pétronille qui aura malgré tout conservé pour chacun de ses gestes d'écriture un instinct de conteur et une énergie d'enfant.

empty